Demo


Libération Ecofutur

Gil Burban, l’industriel à la tête de champignons

JUDITH CHETRIT 10 NOVEMBRE 2013 À 18:06

PORTRAIT / Cet architecte de formation élabore de nouveaux matériaux à base de mycélium.

Le nombre 58,55 est inscrit sur le mur d’une pièce vide où Gil Burban est sur le point d’être photographié, juché sur une échelle. «C’est la côte altimétrique», s’exclame-t-il. L’architecte de formation connaît bien cet indicateur dont la référence est le niveau de la mer. Depuis plus d’un an pourtant, il ne dessine plus de plans de bâtiments. Gil Burban a pris ses quartiers dans cette soupente sise au sein du nouvel incubateur du CentQuatre, à Paris, en tant qu’apprenti entrepreneur. Son projet : Polypop. Matière première : le champignon, ou plus précisément le mycélium - à savoir cet ensemble de filaments souterrains qui constituent la partie végétative du champignon. Drôle d’idée ? Gil Burban ne manque pas d’éloges à son sujet. Le mycélium est si abondant qu’il pourrait aider à dépolluer les sols et surtout à élaborer de nouveaux matériaux pour objets ou pour la construction.